‹ Retour

5 plans de rock instrumental par Alex Cordo

5 plans de rock instrumental par Alex Cordo

À l’occasion de la sortie de son dernier album, Alex Cordo nous offre 5 plans à télécharger gratuitement. Dans une interview exclusive le guitariste nous parle de ses débuts, de son pedalboard et de son expérience avec Guitar Pro 7.5.

« Voici donc cinq extraits de mon dernier album, ​Origami.Au niveau du son, on est sur du lead, donc avec un gain suffisamment élevé pour avoir du sustain, mais pas trop quand même pour garder un maximum de dynamique à l’attaque. Il m’arrive de régler le gain assez haut à l’ampli, tout en ouvrant peu le potard de volume sur la guitare pour doser. Pour donner de la profondeur, vous pouvez aussi ajouter un petit delay. La difficulté des exemples est progressive.  » Alex Cordo.



« 5_plans_rock_instrumental_GuitarPro7.zip »
(cliquez sur l’image pour télécharger le fichier zip)



Plan 1

C’est le thème du dernier morceau d’Origami, ​Time For Redemption​. Le climat est assez sombre et le thème est construit sur une série d’intervalles de sixtes, ce qui lui donne une petite connotation classique. Il y a peu de notes, mais il faut soigner la qualité des attaques pour chacune, et trouver le juste vibrato. Le vibrato évolue d’ailleurs sur les différentes expositions du thème : notes presque blanches au début, et vibrato plus intense plus tard dans le morceau.

Plan 2

C’est un des morceaux pêchus de l’album et c’est le thème du refrain que je propose ici. Un thème entêtant construit sur un jeu avec les cordes à vide. Il faut vibrer sur les notes longues, pour marquer l’accent sur les syncopes.

Plan 3



Ne me demandez pas d’où vient le titre ! Ce que je peux dire, c’est qu’on a affaire à un morceau un peu « solaire » à mon sens. À la base, c’était un jingle que j’ai composé pour Guitar Part ! On s’attaque au refrain ici, qui se conclut par une montée sur deux cordes construite sur la gamme pentatonique de Mi majeur. Il faut bien respecter l’articulation pour avoir le bon phrasé : certaines notes sont attaquées, d’autres jouées en pull-offs. On passe d’une position à l’autre avec un slide, et on finit en beauté par un bend.

Plan 4



C’est le plan de fin d’Above The Clouds, un des morceaux atmosphériques de l’album. Un plan basé sur un pattern en saut de corde à la Paul Gilbert. Il faut respecter l’articulation et surtout le sens du médiator à la lettre pour le passer tranquillou.

Plan 5

Il fallait bien un morceau ternaire, et c’est Memories ! Le plan présenté ici se trouve au milieu du morceau, un peu à son apogée ou « climax » en terme de tension. Et justement, l’harmonie est très tendue : on est sur un accord de Do# altéré et on déplace un arpège diminué (Rédim7) de trois cases en trois cases. En plus, chaque renversement de l’arpège est brodé avec une note (qu’on attrape en faisant une extension) appartenant à la gamme diminuée-inversée. C’est la technique du sweeping qui est employée ici et encore une fois, il faut bien respecter le sens du médiator. Il n’est pas superflu de travailler chaque arpège en boucle sur lui-même avant de se déplacer sur la manche !

L’interview

  • Tu as commencé la musique en jouant de l’orgue et de la batterie, qu’est-ce qui t’a donné envie de jouer de la guitare ?

    « Les potes ! À l’époque, vers 12 ans, j’avais pas mal de potes un peu plus âgés que moi qui étaient fans de hard-rock. Il y avait un esprit de revendication, une recherche d’identité là-dedans et c’était un véritable mode de vie ! Et je me suis pris au jeu : je lisais tous les magazines, je collectionnais les posters, les bracelets à clous, les badges et tout ça. Bref, je me suis forgé une culture hard-rock. »

  • Sur quel type de guitare conseilles-tu de commencer à apprendre à jouer ?

    « Ça dépend de ce qu’on veut faire ! Si tu veux jouer de l’électrique, commence par l’électrique ! Je dis ça car en tant que prof, j’ai souvent été confronté à des parents qui pensaient qu’il valait mieux commencer par la guitare acoustique avant de se mettre à l’électrique, et je crois que c’est une idée reçue à laquelle il faut tordre le cou ! »

  • Parlons un peu de ton pedalboard, quelles sont les pédales qui le composent ?

    « J’ai eu d’énormes pedalboards par le passé, avec switchers. Des systèmes en rack aussi. Mais aujourd’hui, mon pedalboard est assez minimaliste. En fait, il pourrait se résumer à une seule pédale, vu que j’utilise essentiellement la disto de l’ampli :

    – Un delay MXR Carbon Copy.

    Récemment, je me suis remonté un petit board, avec quelques utilitaires en plus quand même :

    – un looper TC Electronic Ditto
    – un noise gate ISP Decimator
    – un accordeur TC Polytune Mini.
    – un boost Xotic RC Booster (V2), et l’alim est une Strymon Ojai.

    J’ai un second pedalboard avec un HF en plus, pour les grosses scènes, et je dois avoir à peu près toutes les tailles de Pedaltrain dans un placard !

    J’ai également quelques pédales qui trainent, comme une Wah-Wah Custom Audio, et plein d’autres que je regrette d’avoir vendues, comme la Supa Trem de Fulltone ou le Forest Green Compressor de Mad Professor. »


  • Nous avons remarqué que tu retranscris toutes tes compositions avec Guitar Pro : pourquoi utilises-tu Guitar Pro ?

    « J’utilise Guitar Pro depuis des années, que ce soit pour les partitions de mes compos, mais aussi de mes cours, de mes transcriptions et de mes rubriques à Guitar Part (le magazine utilise d’ailleurs les fichiers Guitar Pro dans ses pages).

    C’est juste THE référence en matière d’éditeur de partitions guitare. La saisie est facile, rapide (ce qui est loin d’être le cas d’autres softs) et particulièrement adaptée en toute logique à la notation guitare, qui comprend des choses très spécifiques comme les bends ou l’utilisation de la barre de vibrato par exemple.

    La prise en main est très simple et intuitive, bien que le soft soit très complet. En plus de la fonction d’éditeur, c’est aussi un super outil-séquenceur pour bosser : écouter une partition bien sûr mais aussi ralentir, transposer, faire des boucles… et tout simplement jouer avec les amplis virtuels très réalistes ! L’abonnement à mysongbook.com, qui donne accès à un max de partitions vérifiées est aussi très pratique. »

  • Qu’est-ce qui te plaît dans Guitar Pro 7.5 ?


    « Je suis conquis par la nouvelle fonction qui permet d’interagir avec les éléments de la partition en cliquant directement dessus, comme le chiffrage de mesure, le tempo, la clé, etc. Ça permet de gagner du temps et la navigation est encore plus intuitive. Et c’est fun !

    L’explorateur (Fichier > Explorer) est également très pratique pour retrouver instantanément un fichier, le prévisualiser et l’écouter, ce qui est vraiment utile quand on a une grosse base de données de partitions. »

Vous aimerez aussi

[Partitions gratuites] Jouez 3 solos à la manière de Brian May

Jouez 2 plans dans le style de John Mayer

5 Simple Dorian/pentatonic licks to improve your solos – By David Wallimann

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible.